23 avril 2024

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Les logiciels comme Midjourney et autres concurrents commencent à faire succès sur le Web. Et ce, depuis plusieurs mois. Mais que retenir du bilan de l’utilisation que les gens en font ?

Commençons par le début. Qu’est-ce que l’intelligence artificielle artistique et qu’est-ce que Midjourney (le logiciel le plus célèbre du domaine) ? 

Concrétisé par divers concepteurs entre 2014 et 2015 comme Deep Dream, Midjourney vient de poser les bases et rendre l’I.A Art accessible au grand public depuis 2022.

L’I.A Art est une technologie qui, à l’aide de simples mots clés se suivants, permet la génération numérique d’une image en lien avec ces mots. Ces images peuvent être assez floues et imprécises pour certains détails mais le résultat est généralement stupéfiant. Ce même résultat s’améliore en même temps que le logiciel utilisé se perfectionne, de mois en mois.

Sur Midjourney, pour procéder à l’utilisation de cette technologie, il vous suffit de vous inscrire et d’accéder au « channel » de Midjourney sur le logiciel Discord. Une fois dessus, un « chat » ou « chatbox » sera disponible dans lequel vous verrez un nombre incalculable de messages comme dans une immense conversation. Il s’agira en vérité de tous les utilisateurs générant des I.A.

Lorsque vous entrez vos mots clés et que vous faites « Entrer », le logiciel interne va charger quatre visuels, tous en lien avec vos mots. Ces quatre images une fois chargées, bien que construites sur le même thème que vous souhaitez, seront toutes différentes sur le cadrage, les formes, le point de vue ou la perspective. Comme si Midjourney souhaitait vous proposer plusieurs idées.

Au final, le procédé est très simple. Il est facile de générer une image. Seule limite, votre imagination et surtout votre capacité à trouver les bons mots.

Un procédé simple mais est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?

Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?

Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Avant de répondre à toutes ces questions, j’ai décidé d’effectuer l’expérience de l’I.A sur Midjourney avec une idée simple.
Le visuel que j’ai choisi de réaliser c’est l’Empereur Français Napoléon Bonaparte en Sith du célèbre univers Star Wars.

Sans titre (1)

Pour ce faire, il a fallu se rendre sur le Discord de Midjourney et d’y rédiger les mots-clés suivants sous forme d’une phrase (en anglais) : « Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber »

Soit « Napoléon Bonaparte en Sith tenant un sabre laser rouge ».

Une fois cet exercice effectué, le logiciel de Midjourney prend un temps assez court de quelques secondes à deux minutes pour générer la série de quatre visuels en lien avec ces mots. Puis, voici ce qui en est sorti…

EYESCO_Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber_in_c04ffe2c-681f-424b-8447-0605e69767b2

Ici l’on peut voir les quatre visuels représentants ce que le logiciel a compris de la demande. Ce que nous pouvons en retirer c’est certains symboles notamment Français comme le drapeau tricolore.

Nous y voyons des silhouettes humanoïdes qui, sans doute, représentent le célèbre empereur Français, Napoléon.

Il y a de la fumée, des néons qui représentent le sabre laser et une dominante générale de rouge pour symboliser les Siths de Star Wars qui se trouve être la couleur qui leur est le plus attribuée.

Malgré tous ces détails et le résultat tout de même surprenant, nous pouvons admettre qu’il persiste un manque de précision et de réalisme avec quelques incohérences.

Suite à ce manque de précision, j’ai décidé de sélectionner une des quatre images pour y apporter quelques améliorations.

Ces améliorations seront apportées à l’aide du logiciel Photoshop.

Sans titre (6)
Darth Napoleon

Ici se trouve la version finale et améliorée du visuel réalisée sur Photoshop.

La différence est flagrante, les détails sont plus accentués et le personnage est reconnaissable. Sur Photoshop, c’est à l’aide de l’outil « pinceau » que le visuel a pu être réalisé de la sorte. Soit, au final, à l’aide de la pratique d’un artiste humain et non d’un algorithme.

Conclusion et analyse.

Depuis le début du mouvement qui est en train de sérieusement se concrétiser sur Internet, les utilisateurs de cette technologie des plus révolutionnaires ont tendance à nous faire croire qu’il s’agit d’un mouvement artistique comme les autres, nécessitant de la pratique et de l’expertise. Ils essayent de mettre de l’avant au plus grand nombre leurs réalisations en y attribuant le « #art » et « #IAart », etc. Comme si ces derniers surfaient sur la vague d’un mouvement artistique dont ils seraient les acteurs et qu’il allait en découler des expositions et des vernissages en leur honneur. Il a d’ailleurs été question d’expositions sous forme de NFT. Cette année, un utilisateur a gagné un concours d’art en présentant un tableau généré par l’I.A de MidJourney. Ce qui a créé la polémique.

En répondant aux questions posées plus tôt dans l’article, soient :

  • Est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?
  • Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?
  • Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?
  • L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Au final, notre seule expérience avec notre Napoléon Seigneur Sith répond à la grande majorité de ces questions. D’après Pencilead, non, l’I.A de Midjourney et autres logiciels du genre ne peuvent clairement pas remplacer un artiste aux années d’expertises et de pratiques. L’I.A de Midjourney, ce que beaucoup de gens et d’utilisateurs ignorent, c’est qu’elle puise dans un registre entièrement issu d’Internet voire quasiment, uniquement, de Google. Nous avons également pu le voir sur d’autres réalisations que j’ai générées. Notamment celle-ci :

EYESCO_americanrevolutionnarywar_america_americanrevolution_war_1652fa26

Il s’agit de la Révolution Américaine (1776-1783) sous forme de reportage à la GoPro réalisée sous Midjourney.

Certes, le résultat est spectaculaire et assez réaliste mais, nous y voyons un « melting-pot » d’images et de photos pour n’en former qu’une, ce qui n’est pas étonnant car c’est le principe de cette technologie. Mais sur une des ces quatre images nous pouvons discerner du texte et des lettres apparaissant de manière incohérente.

Ce qui prouve qu’elle vient d’une image quelconque en provenance de Google Image (ou d’un site Web similaire).

Cela nous prouve clairement qu’il y a une limite à cette technologie, les images n’apparaissent pas du néant mais proviennent bien d’une source. En l’occurrence, la source ici, c’est Internet. Il faudrait donc voir Internet comme le cerveau de cette intelligence artificielle avec lequel elle met en œuvre son imagination.

Maintenant, à la question de savoir si une I.A peut remplacer un artiste et bien non. À partir du moment où un artiste peut autant puiser dans le cerveau de l’I.A, soit Internet, et dans son propre cerveau organique, les limites sont infinies. Ce qui n’est pas le cas de notre I.A. Elle a ses limites propres à elle.

Nous pourrions être face à une sorte de mouvement artistique comme toutes époques dans l’histoire mais, pouvons-nous sérieusement considérer qu’écrire des mots clés les uns à la suite des autres avec un clavier sur un logiciel s’apparente à de l’art ? Non plus. Cela s’apparente plus à de la programmation simplifiée. Rien de bien inaccessible au grand public avec une technologie comme celle de Midjourney si ce n’est savoir écrire des mots et des phrases. S’autoproclamer artiste en utilisant l’I.A de Midjourney serait du même niveau que s’autoproclamer typographe en voyant l’aspect parfait des lettres sur votre ordinateur quand vous tapez sur votre clavier.

Tandis que savoir dessiner, savoir peindre, savoir imaginer et concevoir de ses propres mains un visuel ou une œuvre relève d’un sens artistique concret et sérieux.

Pour moi, l’invention de Midjourney est une prouesse, qui a ses qualités comme ses défauts. Une technologie impressionnante et qui montre que l’informatique et les I.A évoluent de jours en jours. Mais nous allons répondre à la question principale de cet article :

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Et bien effectivement, il s’agit là d’un outil au même titre qu’un crayon, une tablette graphique ou encore un logiciel. Ce qu’est Midjourney d’ailleurs. Un simple logiciel. Ce dernier peut vous permettre de réaliser une œuvre à terme en s’inspirant de ce qu’il vous propose. Exactement comme je l’ai démontré avec Napoléon. Mais en aucun cas, ce que vous propose cette A.I se trouve être le résultat final de votre œuvre si ce n’est un support sur lequel se baser pour travailler.

Moralité : Il y aura toujours besoin d’artistes expérimentés quoi qu’il arrive.

Auteur : Nicolas Aguilay

23 avril 2024

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Les logiciels comme Midjourney et autres concurrents commencent à faire succès sur le Web. Et ce, depuis plusieurs mois. Mais que retenir du bilan de l’utilisation que les gens en font ?

Commençons par le début. Qu’est-ce que l’intelligence artificielle artistique et qu’est-ce que Midjourney (le logiciel le plus célèbre du domaine) ? 

Concrétisé par divers concepteurs entre 2014 et 2015 comme Deep Dream, Midjourney vient de poser les bases et rendre l’I.A Art accessible au grand public depuis 2022.

L’I.A Art est une technologie qui, à l’aide de simples mots clés se suivants, permet la génération numérique d’une image en lien avec ces mots. Ces images peuvent être assez floues et imprécises pour certains détails mais le résultat est généralement stupéfiant. Ce même résultat s’améliore en même temps que le logiciel utilisé se perfectionne, de mois en mois.

Sur Midjourney, pour procéder à l’utilisation de cette technologie, il vous suffit de vous inscrire et d’accéder au « channel » de Midjourney sur le logiciel Discord. Une fois dessus, un « chat » ou « chatbox » sera disponible dans lequel vous verrez un nombre incalculable de messages comme dans une immense conversation. Il s’agira en vérité de tous les utilisateurs générant des I.A.

Lorsque vous entrez vos mots clés et que vous faites « Entrer », le logiciel interne va charger quatre visuels, tous en lien avec vos mots. Ces quatre images une fois chargées, bien que construites sur le même thème que vous souhaitez, seront toutes différentes sur le cadrage, les formes, le point de vue ou la perspective. Comme si Midjourney souhaitait vous proposer plusieurs idées.

Au final, le procédé est très simple. Il est facile de générer une image. Seule limite, votre imagination et surtout votre capacité à trouver les bons mots.

Un procédé simple mais est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?

Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?

Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Avant de répondre à toutes ces questions, j’ai décidé d’effectuer l’expérience de l’I.A sur Midjourney avec une idée simple.
Le visuel que j’ai choisi de réaliser c’est l’Empereur Français Napoléon Bonaparte en Sith du célèbre univers Star Wars.

Sans titre (1)

Pour ce faire, il a fallu se rendre sur le Discord de Midjourney et d’y rédiger les mots-clés suivants sous forme d’une phrase (en anglais) : « Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber »

Soit « Napoléon Bonaparte en Sith tenant un sabre laser rouge ».

Une fois cet exercice effectué, le logiciel de Midjourney prend un temps assez court de quelques secondes à deux minutes pour générer la série de quatre visuels en lien avec ces mots. Puis, voici ce qui en est sorti…

EYESCO_Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber_in_c04ffe2c-681f-424b-8447-0605e69767b2

Ici l’on peut voir les quatre visuels représentants ce que le logiciel a compris de la demande. Ce que nous pouvons en retirer c’est certains symboles notamment Français comme le drapeau tricolore.

Nous y voyons des silhouettes humanoïdes qui, sans doute, représentent le célèbre empereur Français, Napoléon.

Il y a de la fumée, des néons qui représentent le sabre laser et une dominante générale de rouge pour symboliser les Siths de Star Wars qui se trouve être la couleur qui leur est le plus attribuée.

Malgré tous ces détails et le résultat tout de même surprenant, nous pouvons admettre qu’il persiste un manque de précision et de réalisme avec quelques incohérences.

Suite à ce manque de précision, j’ai décidé de sélectionner une des quatre images pour y apporter quelques améliorations.

Ces améliorations seront apportées à l’aide du logiciel Photoshop.

Sans titre (6)
Darth Napoleon

Ici se trouve la version finale et améliorée du visuel réalisée sur Photoshop.

La différence est flagrante, les détails sont plus accentués et le personnage est reconnaissable. Sur Photoshop, c’est à l’aide de l’outil « pinceau » que le visuel a pu être réalisé de la sorte. Soit, au final, à l’aide de la pratique d’un artiste humain et non d’un algorithme.

Conclusion et analyse.

Depuis le début du mouvement qui est en train de sérieusement se concrétiser sur Internet, les utilisateurs de cette technologie des plus révolutionnaires ont tendance à nous faire croire qu’il s’agit d’un mouvement artistique comme les autres, nécessitant de la pratique et de l’expertise. Ils essayent de mettre de l’avant au plus grand nombre leurs réalisations en y attribuant le « #art » et « #IAart », etc. Comme si ces derniers surfaient sur la vague d’un mouvement artistique dont ils seraient les acteurs et qu’il allait en découler des expositions et des vernissages en leur honneur. Il a d’ailleurs été question d’expositions sous forme de NFT. Cette année, un utilisateur a gagné un concours d’art en présentant un tableau généré par l’I.A de MidJourney. Ce qui a créé la polémique.

En répondant aux questions posées plus tôt dans l’article, soient :

  • Est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?
  • Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?
  • Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?
  • L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Au final, notre seule expérience avec notre Napoléon Seigneur Sith répond à la grande majorité de ces questions. D’après Pencilead, non, l’I.A de Midjourney et autres logiciels du genre ne peuvent clairement pas remplacer un artiste aux années d’expertises et de pratiques. L’I.A de Midjourney, ce que beaucoup de gens et d’utilisateurs ignorent, c’est qu’elle puise dans un registre entièrement issu d’Internet voire quasiment, uniquement, de Google. Nous avons également pu le voir sur d’autres réalisations que j’ai générées. Notamment celle-ci :

EYESCO_americanrevolutionnarywar_america_americanrevolution_war_1652fa26

Il s’agit de la Révolution Américaine (1776-1783) sous forme de reportage à la GoPro réalisée sous Midjourney.

Certes, le résultat est spectaculaire et assez réaliste mais, nous y voyons un « melting-pot » d’images et de photos pour n’en former qu’une, ce qui n’est pas étonnant car c’est le principe de cette technologie. Mais sur une des ces quatre images nous pouvons discerner du texte et des lettres apparaissant de manière incohérente.

Ce qui prouve qu’elle vient d’une image quelconque en provenance de Google Image (ou d’un site Web similaire).

Cela nous prouve clairement qu’il y a une limite à cette technologie, les images n’apparaissent pas du néant mais proviennent bien d’une source. En l’occurrence, la source ici, c’est Internet. Il faudrait donc voir Internet comme le cerveau de cette intelligence artificielle avec lequel elle met en œuvre son imagination.

Maintenant, à la question de savoir si une I.A peut remplacer un artiste et bien non. À partir du moment où un artiste peut autant puiser dans le cerveau de l’I.A, soit Internet, et dans son propre cerveau organique, les limites sont infinies. Ce qui n’est pas le cas de notre I.A. Elle a ses limites propres à elle.

Nous pourrions être face à une sorte de mouvement artistique comme toutes époques dans l’histoire mais, pouvons-nous sérieusement considérer qu’écrire des mots clés les uns à la suite des autres avec un clavier sur un logiciel s’apparente à de l’art ? Non plus. Cela s’apparente plus à de la programmation simplifiée. Rien de bien inaccessible au grand public avec une technologie comme celle de Midjourney si ce n’est savoir écrire des mots et des phrases. S’autoproclamer artiste en utilisant l’I.A de Midjourney serait du même niveau que s’autoproclamer typographe en voyant l’aspect parfait des lettres sur votre ordinateur quand vous tapez sur votre clavier.

Tandis que savoir dessiner, savoir peindre, savoir imaginer et concevoir de ses propres mains un visuel ou une œuvre relève d’un sens artistique concret et sérieux.

Pour moi, l’invention de Midjourney est une prouesse, qui a ses qualités comme ses défauts. Une technologie impressionnante et qui montre que l’informatique et les I.A évoluent de jours en jours. Mais nous allons répondre à la question principale de cet article :

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Et bien effectivement, il s’agit là d’un outil au même titre qu’un crayon, une tablette graphique ou encore un logiciel. Ce qu’est Midjourney d’ailleurs. Un simple logiciel. Ce dernier peut vous permettre de réaliser une œuvre à terme en s’inspirant de ce qu’il vous propose. Exactement comme je l’ai démontré avec Napoléon. Mais en aucun cas, ce que vous propose cette A.I se trouve être le résultat final de votre œuvre si ce n’est un support sur lequel se baser pour travailler.

Moralité : Il y aura toujours besoin d’artistes expérimentés quoi qu’il arrive.

Auteur : Nicolas Aguilay

23 avril 2024

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Les logiciels comme Midjourney et autres concurrents commencent à faire succès sur le Web. Et ce, depuis plusieurs mois. Mais que retenir du bilan de l’utilisation que les gens en font ?

Commençons par le début. Qu’est-ce que l’intelligence artificielle artistique et qu’est-ce que Midjourney (le logiciel le plus célèbre du domaine) ? 

Concrétisé par divers concepteurs entre 2014 et 2015 comme Deep Dream, Midjourney vient de poser les bases et rendre l’I.A Art accessible au grand public depuis 2022.

L’I.A Art est une technologie qui, à l’aide de simples mots clés se suivants, permet la génération numérique d’une image en lien avec ces mots. Ces images peuvent être assez floues et imprécises pour certains détails mais le résultat est généralement stupéfiant. Ce même résultat s’améliore en même temps que le logiciel utilisé se perfectionne, de mois en mois.

Sur Midjourney, pour procéder à l’utilisation de cette technologie, il vous suffit de vous inscrire et d’accéder au « channel » de Midjourney sur le logiciel Discord. Une fois dessus, un « chat » ou « chatbox » sera disponible dans lequel vous verrez un nombre incalculable de messages comme dans une immense conversation. Il s’agira en vérité de tous les utilisateurs générant des I.A.

Lorsque vous entrez vos mots clés et que vous faites « Entrer », le logiciel interne va charger quatre visuels, tous en lien avec vos mots. Ces quatre images une fois chargées, bien que construites sur le même thème que vous souhaitez, seront toutes différentes sur le cadrage, les formes, le point de vue ou la perspective. Comme si Midjourney souhaitait vous proposer plusieurs idées.

Au final, le procédé est très simple. Il est facile de générer une image. Seule limite, votre imagination et surtout votre capacité à trouver les bons mots.

Un procédé simple mais est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?

Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?

Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Avant de répondre à toutes ces questions, j’ai décidé d’effectuer l’expérience de l’I.A sur Midjourney avec une idée simple.
Le visuel que j’ai choisi de réaliser c’est l’Empereur Français Napoléon Bonaparte en Sith du célèbre univers Star Wars.

Sans titre (1)

Pour ce faire, il a fallu se rendre sur le Discord de Midjourney et d’y rédiger les mots-clés suivants sous forme d’une phrase (en anglais) : « Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber »

Soit « Napoléon Bonaparte en Sith tenant un sabre laser rouge ».

Une fois cet exercice effectué, le logiciel de Midjourney prend un temps assez court de quelques secondes à deux minutes pour générer la série de quatre visuels en lien avec ces mots. Puis, voici ce qui en est sorti…

EYESCO_Napoleon_Bonaparte_as_a_sith_holding_a_red_lightsaber_in_c04ffe2c-681f-424b-8447-0605e69767b2

Ici l’on peut voir les quatre visuels représentants ce que le logiciel a compris de la demande. Ce que nous pouvons en retirer c’est certains symboles notamment Français comme le drapeau tricolore.

Nous y voyons des silhouettes humanoïdes qui, sans doute, représentent le célèbre empereur Français, Napoléon.

Il y a de la fumée, des néons qui représentent le sabre laser et une dominante générale de rouge pour symboliser les Siths de Star Wars qui se trouve être la couleur qui leur est le plus attribuée.

Malgré tous ces détails et le résultat tout de même surprenant, nous pouvons admettre qu’il persiste un manque de précision et de réalisme avec quelques incohérences.

Suite à ce manque de précision, j’ai décidé de sélectionner une des quatre images pour y apporter quelques améliorations.

Ces améliorations seront apportées à l’aide du logiciel Photoshop.

Sans titre (6)
Darth Napoleon

Ici se trouve la version finale et améliorée du visuel réalisée sur Photoshop.

La différence est flagrante, les détails sont plus accentués et le personnage est reconnaissable. Sur Photoshop, c’est à l’aide de l’outil « pinceau » que le visuel a pu être réalisé de la sorte. Soit, au final, à l’aide de la pratique d’un artiste humain et non d’un algorithme.

Conclusion et analyse.

Depuis le début du mouvement qui est en train de sérieusement se concrétiser sur Internet, les utilisateurs de cette technologie des plus révolutionnaires ont tendance à nous faire croire qu’il s’agit d’un mouvement artistique comme les autres, nécessitant de la pratique et de l’expertise. Ils essayent de mettre de l’avant au plus grand nombre leurs réalisations en y attribuant le « #art » et « #IAart », etc. Comme si ces derniers surfaient sur la vague d’un mouvement artistique dont ils seraient les acteurs et qu’il allait en découler des expositions et des vernissages en leur honneur. Il a d’ailleurs été question d’expositions sous forme de NFT. Cette année, un utilisateur a gagné un concours d’art en présentant un tableau généré par l’I.A de MidJourney. Ce qui a créé la polémique.

En répondant aux questions posées plus tôt dans l’article, soient :

  • Est-il légitime de dire que cette technologie a la prétention de remplacer un artiste dans un certain contexte ?
  • Est-il possible de dire qu’une image générée par un algorithme en 2 minutes à peine peut remplacer des heures de travail issues d’une expertise artistique humaine accrue ?
  • Sommes-nous entrain de faire face à un nouveau mouvement artistique ?
  • L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Au final, notre seule expérience avec notre Napoléon Seigneur Sith répond à la grande majorité de ces questions. D’après Pencilead, non, l’I.A de Midjourney et autres logiciels du genre ne peuvent clairement pas remplacer un artiste aux années d’expertises et de pratiques. L’I.A de Midjourney, ce que beaucoup de gens et d’utilisateurs ignorent, c’est qu’elle puise dans un registre entièrement issu d’Internet voire quasiment, uniquement, de Google. Nous avons également pu le voir sur d’autres réalisations que j’ai générées. Notamment celle-ci :

EYESCO_americanrevolutionnarywar_america_americanrevolution_war_1652fa26

Il s’agit de la Révolution Américaine (1776-1783) sous forme de reportage à la GoPro réalisée sous Midjourney.

Certes, le résultat est spectaculaire et assez réaliste mais, nous y voyons un « melting-pot » d’images et de photos pour n’en former qu’une, ce qui n’est pas étonnant car c’est le principe de cette technologie. Mais sur une des ces quatre images nous pouvons discerner du texte et des lettres apparaissant de manière incohérente.

Ce qui prouve qu’elle vient d’une image quelconque en provenance de Google Image (ou d’un site Web similaire).

Cela nous prouve clairement qu’il y a une limite à cette technologie, les images n’apparaissent pas du néant mais proviennent bien d’une source. En l’occurrence, la source ici, c’est Internet. Il faudrait donc voir Internet comme le cerveau de cette intelligence artificielle avec lequel elle met en œuvre son imagination.

Maintenant, à la question de savoir si une I.A peut remplacer un artiste et bien non. À partir du moment où un artiste peut autant puiser dans le cerveau de l’I.A, soit Internet, et dans son propre cerveau organique, les limites sont infinies. Ce qui n’est pas le cas de notre I.A. Elle a ses limites propres à elle.

Nous pourrions être face à une sorte de mouvement artistique comme toutes époques dans l’histoire mais, pouvons-nous sérieusement considérer qu’écrire des mots clés les uns à la suite des autres avec un clavier sur un logiciel s’apparente à de l’art ? Non plus. Cela s’apparente plus à de la programmation simplifiée. Rien de bien inaccessible au grand public avec une technologie comme celle de Midjourney si ce n’est savoir écrire des mots et des phrases. S’autoproclamer artiste en utilisant l’I.A de Midjourney serait du même niveau que s’autoproclamer typographe en voyant l’aspect parfait des lettres sur votre ordinateur quand vous tapez sur votre clavier.

Tandis que savoir dessiner, savoir peindre, savoir imaginer et concevoir de ses propres mains un visuel ou une œuvre relève d’un sens artistique concret et sérieux.

Pour moi, l’invention de Midjourney est une prouesse, qui a ses qualités comme ses défauts. Une technologie impressionnante et qui montre que l’informatique et les I.A évoluent de jours en jours. Mais nous allons répondre à la question principale de cet article :

L’intelligence artificielle (I.A Art), peut-elle être considérée comme de l’art ou un outil ?

Et bien effectivement, il s’agit là d’un outil au même titre qu’un crayon, une tablette graphique ou encore un logiciel. Ce qu’est Midjourney d’ailleurs. Un simple logiciel. Ce dernier peut vous permettre de réaliser une œuvre à terme en s’inspirant de ce qu’il vous propose. Exactement comme je l’ai démontré avec Napoléon. Mais en aucun cas, ce que vous propose cette A.I se trouve être le résultat final de votre œuvre si ce n’est un support sur lequel se baser pour travailler.

Moralité : Il y aura toujours besoin d’artistes expérimentés quoi qu’il arrive.

Auteur : Nicolas Aguilay

Commentez l'article

Tous droits réservés | .pencilead

3 janvier 2023

8,2 min de lecture

Partagez !