Catégories: Art, Design, Graphisme, Web

26 février 2024

Comment avoir une bonne image de marque efficace ?

Comme je le dis souvent, toutes entreprises, toutes associations ou tous projets a besoin d’une image de marque. Mais pas n’importe laquelle ! Une image de marque efficace qui reflète totalement votre symbolique. 

S’il y a un élément à retenir avant de débuter cet article, c’est que l’élaboration d’une image de marque et surtout, un logo, est un savoir-faire légèrement plus compliqué que cela en a l’air.

Lorsque le dilemme de la création dun logo se pose, cest le moment pour vous de faire affaire avec un graphiste. Dailleurs profitons-en pour discuter dun préjugé qui circule depuis longtemps. Cest le fait de considérer le métier de « graphiste » comme un loisir plus facile que lon ne le pense.

La phrase type : « Ton métier c’est de faire des dessins, ça n’a pas l’air si difficile. »

Pourtant, l’un de mes rôles de designer graphique est aussi de démonter ce genre de préjugés. Et je vais pouvoir montrer le contraire à travers cet article dans le contexte de la création d’un logo.

Tout d’abord, comment certaines personnes peuvent d’un côté considérer la tâche d’un graphiste trop facile pour être un métier et de l’autre faire appel à un graphiste car ces mêmes personnes sont incapables de réaliser leur image de marque eux-mêmes ?

Telle est la question.

Et en voici la réponse :

La première difficulté à laquelle font face les gens lorsqu’il s’agit de créer leur image de marque, c’est l’imagination. Il s’agit là de la plus grande barrière et je dirais même la partie la plus compliquée de la création d’un logo. Par où commencer ? Quelle forme ? Quel titre ? Quelle symbolique ?

Vous vous retrouvez face à un quasi-syndrome de la page blanche. Le côté artistique et créatif d’un graphiste intervient dès ce moment. C’est notre métier de savoir vers quelles idées se diriger pour vous offrir la meilleure image de marque possible. Nous réalisons des croquis, des roughs, des idées et des recherches surtout par rapport à ce qui existe déjà sur le marché. Car oui, il serait catastrophique de vous retrouver confronté à une poursuite judiciaire pour plagiat ! Il y a tout le côté juridique à penser. Que ce soit pour l’élaboration d’un logo non existant et l’utilisation des éléments pour le créer. La typographie notamment. 99.9% des typographies sont protégées par des droits d’auteur et d’utilisation. Il faut savoir en faire l’usage légalement.

Et le plus compliqué, c’est de s’assurer que cette même typographie respecte vos attentes et celle que vous utilisez déjà pour votre entreprise.

Ensuite, l’une des choses que j’ai apprises durant mes études en communication visuelle, c’est l’originalité d’un logo.
Plus le logo est complexe, moins ce dernier fait preuve d’efficacité. C’est là, le clou du spectacle.
L’image de marque qui va se démarquer du reste du marché est la plus simple !

Techniquement, un logo efficace se compose d’une, deux ou trois formes MAX ! Pas plus.
Et pour les couleurs, pareil, trois PAS PLUS ! Idéalement deux, en bichromie. Une seule si vous êtes un génie visuel.

C’est la règle idéale. Avec cette façon de penser, vous allez réduire votre cercle de possibilité pour faire converger votre imagination sur l’élément final.

Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Je vais vous le montrer visuellement.

Prenons l’exemple du logo de Pencilead !

Le logo de Pencilead a officiellement été crée en 2019, lorsque j’étais tout juste nouvel arrivant en Amérique du Nord pour la suite de mes études en infographie.

Ce dernier m’a demandé quatre jours d’élaboration. Mais quatre jours intenses en matière de recherche. Beaucoup de prise de tête pour aboutir au résultat le plus concluant. Celui que l’on connaît aujourd’hui. Comment m’y suis-je pris ?

Avant tout, j’ai cherché quelle symbolique pourrait le mieux exprimer la création, le design graphique, l’art et l’imagination en un seul visuel. Je me suis inspiré des plus grandes images de marque connues. Par exemple « Apple ». La simple pomme que n’importe qui à travers le monde reconnaît sans chercher dans ses souvenirs. Ce logo exprime très bien l’importance de la simplicité d’une image de marque efficace. Le même défi s’est imposé à Pencilead.

Mon idée s’est dirigée vers une « mine de crayon ». Tout part d’une mine de crayon, c’est le point d’origine et de culminance de la création artistique. C’est l’origine ! Et c’est surtout l’originalité !

Voici la planche de recherche et ce à quoi aurait pu ressembler Pencilead :

Planche de recherches_Pencilead

Il est facile de voir vers quelle idée je me suis dirigé sur cette planche. Oui, le visuel de Pencilead se sépare en deux parties. Pourtant, sur certaines idées, la zone de séparation était droite et directe. Puis, après plusieurs heures de recherches et d’observation sur les premières idées. Il a été préférable et plus élégant de marquer cette zone de section avec une courbe. Ce détail change tout. Absolument tout.

Pourtant, ce détail a été trouvé en plusieurs heures de recherches. Ce sont les détails les plus simples qui se trouvent être les plus longs à trouver.

Ensuite, le nom de l’image de marque. Comment trouver un nom qui s’apparenterait plus à un pseudonyme ? Facile à retenir et à reconnaître ?

« .pencilead » ? Une bonne idée non ?

Deux mots anglais signifiant « crayon » et « mine ».

Le nom de « pencilead » est en règle générale composée de mots distincts. En anglais, le mot « pencil » qui signifie « crayon » en français et « lead » qui signifie « mine ». La « mine de crayon ». Pour l’esthétique et la lisibilité, il a été préférable de le condenser en un seul mot.

Ce qui a donné ce nom facile à retenir, « Pencilead »

Ensuite, le point final délicatement posé au début du nom, comme ceci : « .pencilead »

Ce point est la ligne graphique de Pencilead, ajouté sur beaucoup de textes du site Web et sur les visuels.

Pen-contours-couleurs

Avec toute cette élaboration, le résultat nous a rendu ce logo des plus satisfaisants. Le logo officiel de Pencilead.

En conclusion, une bonne image de marque ne s’identifie pas par sa complexité mais par sa simplicité.

D’après vous, quelle est la meilleure recette pour l’élaboration d’une bonne image de marque ?

Si vous avez besoin d’un service pour réaliser le meilleur logo possible, n’hésitez pas à en faire la demande ici !

Ça tombe bien, Pencilead est là pour ça !

Auteur : Nicolas Aguilay

Catégories: Art, Design, Graphisme, Web

26 février 2024

Comment avoir une bonne image de marque efficace ?

Comme je le dis souvent, toutes entreprises, toutes associations ou tous projets a besoin d’une image de marque. Mais pas n’importe laquelle ! Une image de marque efficace qui reflète totalement votre symbolique. 

S’il y a un élément à retenir avant de débuter cet article, c’est que l’élaboration d’une image de marque et surtout, un logo, est un savoir-faire légèrement plus compliqué que cela en a l’air.

Lorsque le dilemme de la création dun logo se pose, cest le moment pour vous de faire affaire avec un graphiste. Dailleurs profitons-en pour discuter dun préjugé qui circule depuis longtemps. Cest le fait de considérer le métier de « graphiste » comme un loisir plus facile que lon ne le pense.

La phrase type : « Ton métier c’est de faire des dessins, ça n’a pas l’air si difficile. »

Pourtant, l’un de mes rôles de designer graphique est aussi de démonter ce genre de préjugés. Et je vais pouvoir montrer le contraire à travers cet article dans le contexte de la création d’un logo.

Tout d’abord, comment certaines personnes peuvent d’un côté considérer la tâche d’un graphiste trop facile pour être un métier et de l’autre faire appel à un graphiste car ces mêmes personnes sont incapables de réaliser leur image de marque eux-mêmes ?

Telle est la question.

Et en voici la réponse :

La première difficulté à laquelle font face les gens lorsqu’il s’agit de créer leur image de marque, c’est l’imagination. Il s’agit là de la plus grande barrière et je dirais même la partie la plus compliquée de la création d’un logo. Par où commencer ? Quelle forme ? Quel titre ? Quelle symbolique ?

Vous vous retrouvez face à un quasi-syndrome de la page blanche. Le côté artistique et créatif d’un graphiste intervient dès ce moment. C’est notre métier de savoir vers quelles idées se diriger pour vous offrir la meilleure image de marque possible. Nous réalisons des croquis, des roughs, des idées et des recherches surtout par rapport à ce qui existe déjà sur le marché. Car oui, il serait catastrophique de vous retrouver confronté à une poursuite judiciaire pour plagiat ! Il y a tout le côté juridique à penser. Que ce soit pour l’élaboration d’un logo non existant et l’utilisation des éléments pour le créer. La typographie notamment. 99.9% des typographies sont protégées par des droits d’auteur et d’utilisation. Il faut savoir en faire l’usage légalement.

Et le plus compliqué, c’est de s’assurer que cette même typographie respecte vos attentes et celle que vous utilisez déjà pour votre entreprise.

Ensuite, l’une des choses que j’ai apprises durant mes études en communication visuelle, c’est l’originalité d’un logo.
Plus le logo est complexe, moins ce dernier fait preuve d’efficacité. C’est là, le clou du spectacle.
L’image de marque qui va se démarquer du reste du marché est la plus simple !

Techniquement, un logo efficace se compose d’une, deux ou trois formes MAX ! Pas plus.
Et pour les couleurs, pareil, trois PAS PLUS ! Idéalement deux, en bichromie. Une seule si vous êtes un génie visuel.

C’est la règle idéale. Avec cette façon de penser, vous allez réduire votre cercle de possibilité pour faire converger votre imagination sur l’élément final.

Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Je vais vous le montrer visuellement.

Prenons l’exemple du logo de Pencilead !

Le logo de Pencilead a officiellement été crée en 2019, lorsque j’étais tout juste nouvel arrivant en Amérique du Nord pour la suite de mes études en infographie.

Ce dernier m’a demandé quatre jours d’élaboration. Mais quatre jours intenses en matière de recherche. Beaucoup de prise de tête pour aboutir au résultat le plus concluant. Celui que l’on connaît aujourd’hui. Comment m’y suis-je pris ?

Avant tout, j’ai cherché quelle symbolique pourrait le mieux exprimer la création, le design graphique, l’art et l’imagination en un seul visuel. Je me suis inspiré des plus grandes images de marque connues. Par exemple « Apple ». La simple pomme que n’importe qui à travers le monde reconnaît sans chercher dans ses souvenirs. Ce logo exprime très bien l’importance de la simplicité d’une image de marque efficace. Le même défi s’est imposé à Pencilead.

Mon idée s’est dirigée vers une « mine de crayon ». Tout part d’une mine de crayon, c’est le point d’origine et de culminance de la création artistique. C’est l’origine ! Et c’est surtout l’originalité !

Voici la planche de recherche et ce à quoi aurait pu ressembler Pencilead :

Planche de recherches_Pencilead

Il est facile de voir vers quelle idée je me suis dirigé sur cette planche. Oui, le visuel de Pencilead se sépare en deux parties. Pourtant, sur certaines idées, la zone de séparation était droite et directe. Puis, après plusieurs heures de recherches et d’observation sur les premières idées. Il a été préférable et plus élégant de marquer cette zone de section avec une courbe. Ce détail change tout. Absolument tout.

Pourtant, ce détail a été trouvé en plusieurs heures de recherches. Ce sont les détails les plus simples qui se trouvent être les plus longs à trouver.

Ensuite, le nom de l’image de marque. Comment trouver un nom qui s’apparenterait plus à un pseudonyme ? Facile à retenir et à reconnaître ?

« .pencilead » ? Une bonne idée non ?

Deux mots anglais signifiant « crayon » et « mine ».

Le nom de « pencilead » est en règle générale composée de mots distincts. En anglais, le mot « pencil » qui signifie « crayon » en français et « lead » qui signifie « mine ». La « mine de crayon ». Pour l’esthétique et la lisibilité, il a été préférable de le condenser en un seul mot.

Ce qui a donné ce nom facile à retenir, « Pencilead »

Ensuite, le point final délicatement posé au début du nom, comme ceci : « .pencilead »

Ce point est la ligne graphique de Pencilead, ajouté sur beaucoup de textes du site Web et sur les visuels.

Pen-contours-couleurs

Avec toute cette élaboration, le résultat nous a rendu ce logo des plus satisfaisants. Le logo officiel de Pencilead.

En conclusion, une bonne image de marque ne s’identifie pas par sa complexité mais par sa simplicité.

D’après vous, quelle est la meilleure recette pour l’élaboration d’une bonne image de marque ?

Si vous avez besoin d’un service pour réaliser le meilleur logo possible, n’hésitez pas à en faire la demande ici !

Ça tombe bien, Pencilead est là pour ça !

Auteur : Nicolas Aguilay

Catégories: Art, Design, Graphisme, Web

26 février 2024

Comment avoir une bonne image de marque efficace ?

Comme je le dis souvent, toutes entreprises, toutes associations ou tous projets a besoin d’une image de marque. Mais pas n’importe laquelle ! Une image de marque efficace qui reflète totalement votre symbolique. 

S’il y a un élément à retenir avant de débuter cet article, c’est que l’élaboration d’une image de marque et surtout, un logo, est un savoir-faire légèrement plus compliqué que cela en a l’air.

Lorsque le dilemme de la création dun logo se pose, cest le moment pour vous de faire affaire avec un graphiste. Dailleurs profitons-en pour discuter dun préjugé qui circule depuis longtemps. Cest le fait de considérer le métier de « graphiste » comme un loisir plus facile que lon ne le pense.

La phrase type : « Ton métier c’est de faire des dessins, ça n’a pas l’air si difficile. »

Pourtant, l’un de mes rôles de designer graphique est aussi de démonter ce genre de préjugés. Et je vais pouvoir montrer le contraire à travers cet article dans le contexte de la création d’un logo.

Tout d’abord, comment certaines personnes peuvent d’un côté considérer la tâche d’un graphiste trop facile pour être un métier et de l’autre faire appel à un graphiste car ces mêmes personnes sont incapables de réaliser leur image de marque eux-mêmes ?

Telle est la question.

Et en voici la réponse :

La première difficulté à laquelle font face les gens lorsqu’il s’agit de créer leur image de marque, c’est l’imagination. Il s’agit là de la plus grande barrière et je dirais même la partie la plus compliquée de la création d’un logo. Par où commencer ? Quelle forme ? Quel titre ? Quelle symbolique ?

Vous vous retrouvez face à un quasi-syndrome de la page blanche. Le côté artistique et créatif d’un graphiste intervient dès ce moment. C’est notre métier de savoir vers quelles idées se diriger pour vous offrir la meilleure image de marque possible. Nous réalisons des croquis, des roughs, des idées et des recherches surtout par rapport à ce qui existe déjà sur le marché. Car oui, il serait catastrophique de vous retrouver confronté à une poursuite judiciaire pour plagiat ! Il y a tout le côté juridique à penser. Que ce soit pour l’élaboration d’un logo non existant et l’utilisation des éléments pour le créer. La typographie notamment. 99.9% des typographies sont protégées par des droits d’auteur et d’utilisation. Il faut savoir en faire l’usage légalement.

Et le plus compliqué, c’est de s’assurer que cette même typographie respecte vos attentes et celle que vous utilisez déjà pour votre entreprise.

Ensuite, l’une des choses que j’ai apprises durant mes études en communication visuelle, c’est l’originalité d’un logo.
Plus le logo est complexe, moins ce dernier fait preuve d’efficacité. C’est là, le clou du spectacle.
L’image de marque qui va se démarquer du reste du marché est la plus simple !

Techniquement, un logo efficace se compose d’une, deux ou trois formes MAX ! Pas plus.
Et pour les couleurs, pareil, trois PAS PLUS ! Idéalement deux, en bichromie. Une seule si vous êtes un génie visuel.

C’est la règle idéale. Avec cette façon de penser, vous allez réduire votre cercle de possibilité pour faire converger votre imagination sur l’élément final.

Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Je vais vous le montrer visuellement.

Prenons l’exemple du logo de Pencilead !

Le logo de Pencilead a officiellement été crée en 2019, lorsque j’étais tout juste nouvel arrivant en Amérique du Nord pour la suite de mes études en infographie.

Ce dernier m’a demandé quatre jours d’élaboration. Mais quatre jours intenses en matière de recherche. Beaucoup de prise de tête pour aboutir au résultat le plus concluant. Celui que l’on connaît aujourd’hui. Comment m’y suis-je pris ?

Avant tout, j’ai cherché quelle symbolique pourrait le mieux exprimer la création, le design graphique, l’art et l’imagination en un seul visuel. Je me suis inspiré des plus grandes images de marque connues. Par exemple « Apple ». La simple pomme que n’importe qui à travers le monde reconnaît sans chercher dans ses souvenirs. Ce logo exprime très bien l’importance de la simplicité d’une image de marque efficace. Le même défi s’est imposé à Pencilead.

Mon idée s’est dirigée vers une « mine de crayon ». Tout part d’une mine de crayon, c’est le point d’origine et de culminance de la création artistique. C’est l’origine ! Et c’est surtout l’originalité !

Voici la planche de recherche et ce à quoi aurait pu ressembler Pencilead :

Planche de recherches_Pencilead

Il est facile de voir vers quelle idée je me suis dirigé sur cette planche. Oui, le visuel de Pencilead se sépare en deux parties. Pourtant, sur certaines idées, la zone de séparation était droite et directe. Puis, après plusieurs heures de recherches et d’observation sur les premières idées. Il a été préférable et plus élégant de marquer cette zone de section avec une courbe. Ce détail change tout. Absolument tout.

Pourtant, ce détail a été trouvé en plusieurs heures de recherches. Ce sont les détails les plus simples qui se trouvent être les plus longs à trouver.

Ensuite, le nom de l’image de marque. Comment trouver un nom qui s’apparenterait plus à un pseudonyme ? Facile à retenir et à reconnaître ?

« .pencilead » ? Une bonne idée non ?

Deux mots anglais signifiant « crayon » et « mine ».

Le nom de « pencilead » est en règle générale composée de mots distincts. En anglais, le mot « pencil » qui signifie « crayon » en français et « lead » qui signifie « mine ». La « mine de crayon ». Pour l’esthétique et la lisibilité, il a été préférable de le condenser en un seul mot.

Ce qui a donné ce nom facile à retenir, « Pencilead »

Ensuite, le point final délicatement posé au début du nom, comme ceci : « .pencilead »

Ce point est la ligne graphique de Pencilead, ajouté sur beaucoup de textes du site Web et sur les visuels.

Pen-contours-couleurs

Avec toute cette élaboration, le résultat nous a rendu ce logo des plus satisfaisants. Le logo officiel de Pencilead.

En conclusion, une bonne image de marque ne s’identifie pas par sa complexité mais par sa simplicité.

D’après vous, quelle est la meilleure recette pour l’élaboration d’une bonne image de marque ?

Si vous avez besoin d’un service pour réaliser le meilleur logo possible, n’hésitez pas à en faire la demande ici !

Ça tombe bien, Pencilead est là pour ça !

Auteur : Nicolas Aguilay

2 Commentaires

  1. Nancy 4 septembre, 2023 à 10:21 pm Répondre

    J’adore ton article! Bravo pour ton logo!
    Je vais certainement te demander de réaliser mon logo cet automne 🍂

    • Pencilead 5 septembre, 2023 à 2:55 am Répondre

      Bonjour Nancy ! Merci infiniment, ce commentaire me va droit au cœur 🙂 C’est avec grand plaisir que je réaliserai ton logo 😉

Commentez l'article

Tous droits réservés | .pencilead

4 septembre 2023

5,8 min de lecture

Partagez !